Sélectionner une page

France : augmentation du prix de l’immobilier ancien

Les prix des logements anciens continuent de grimper en France. L’indice Notaires-Insee publié récemment montre clairement une hausse du prix des logements existants au premier trimestre 2018. Les prix ont bondi de 3,5% par rapport à la même période de l’année prochaine.

Progression constante

Comparé au quatrième trimestre de 2017, la hausse des prix a été de 1,5%. Les tendances sont les mêmes que précédemment : le marché des appartements affiche une augmentation de 4,3% sur un an quand celui des maisons, plus restreint et plus perturbé est de 2,9%. Comme rappelé par les notaires, cette tendance s’inscrit dans un contexte de croissance du parc de logements ancien d’environ 1% par an en moyenne depuis 30 ans.

Avec des taux d’intérêt de plus en plus bas, favorisant les prêts immobiliers, le volume annuel de transaction est aussi élevé : 956 000 ventes en mars 2018, contre 877 000 à la même époque, l’année dernière. On note par ailleurs une légère inflexion par rapport au trimestre précédent pendant laquelle il y a eu 960 000 ventes.

Net ralentissement de la hausse à Paris

La hausse des prix de l’immobilier touche toute la France aussi bien l’Île-de-France que la province.

Plus précisément, en Île-de-France, la hausse des prix de l’immobilier ancien est en progression de 4,3% sur un an et de 0,9% par rapport au trimestre précédent, un chiffre qui décélère depuis plusieurs trimestres. En province, la hausse est moins marquée. 3,1% en glissement annuel et + 1,8 % par rapport au trimestre précédent. « Les paramètres d’un marché dynamique sont toujours là. Sur l’ensemble de l’Île-de-France, il y a une homogénéisation entre le marché des appartements et des maisons » a commenté le notaire Thierry Delasalle. Il précise : « En province, il y a aussi des contrastes, ce sont quelques villes dynamiques qui portent la hausse des prix ». A paris, la hausse des prix connait un léger ralentissement, mais reste à un niveau élevé avec 7%, sur un an.