Sélectionner une page

La consommation de criquets serait thérapeutique

La consommation d’insecte est déjà très répandue, surtout dans les pays asiatiques. On compte aujourd’hui environ 2 milliards d’entomophages. Une récente étude américaine a prouvé que la consommation de criquets contribue à une meilleure santé. Cette étude parue dans les Scientific Reports de Nature montre que manger des criquets permet d’améliorer le microbiote intestinal et de réduire les processus inflammatoires.

L’expérience réalisée par des chercheurs américains

L’étude a été réalisée par Valérie Stull et ses collègues de l’Université du Wisconsin-Madison (Etats-Unis) sur une vingtaine de volontaires âgés de 18 à 48 ans sur une période de 28 jours. Les participants séparés en 2 groupes ont consommé pendant deux semaines 25 grammes de poudre de criquets par jour en guise de petit déjeuner. Ils ont ensuite procédé à 2 semaines de régime normal.

Des informations sur leur santé gastro-intestinale ont été recueillies avant et après chaque régime. Le sang et les selles des participants ont aussi été analysés.

Les bienfaits de la consommation de criquet sur l’organisme

A l’issu de ces analyses, il ressort qu’une alimentation enrichie avec 25 g/jour de poudre de criquet n’était pas nocif, mais contribuait à améliorer l’environnement microbien et diminuer les facteurs inflammatoires de l’intestin.

Les chercheurs ont aussi constaté une augmentation d’une enzyme métabolique et une baisse d’une protéine inflammatoire sanguine appelée TNF-Alpha (recherché pour certains traitements de cancer). Des bactéries de type Bifidobacterium animalis, nécessaires au confort digestif ont été multipliées par 3.

La présence de fibre en grande quantité dans la viande de criquet serait à l’origine de tous ces avantages.

Ces résultats sont très encourageants et doivent susciter le désir d’approfondir ou d’étendre l’expérience sur une plus large gamme d’insectes. Un des chercheurs a affirmé : « cette toute petite étude montre que c’est un domaine sur lequel ça vaut le coup de travailler. D’autant plus que dans le futur, il s’agira probablement d’encourager la consommation d’insectes comme source durable de nourriture ».